Plaidoyer pour le zen au volant

«POUUUUUUUUUUUUUUTTTTT!!»

Sursaut, haut-le-cœur, palpitations, frein, jurons.  C’est presque toujours ainsi quand je me fais klaxonner.  C’est une sorte de micro-agression, qui me micro-traumatise à petits bruits de trompette, ou à grande lamentation de corne de brume.   Pourquoi fallait-il que de toutes les options de communication possible, celle choisie pour le contexte automobile soit un bruit exclamatoire et intempestif comme le klaxon?  Même le mot m’horripile : K-L-A-X-O-N.   Pourtant, c’est un joli mot-valise, assez parlant : claque-son! Tu donnes une claque, ça fait un son. Ou encore, un son qui fait l’effet d’une claque, pour bien réveiller son destinataire.

Dans la situation qui nous intéresse, un représentant du paléolithique moyen s’outrage intensément du ralentissement que je lui impose.  Bien sûr, la rognure de fromage qui lui sert de cerveau ne lui a pas permis de s’apercevoir que je cherchais à éviter de faucher, dans le stationnement qui m’intéressait, une maman et son fiston qui poussaient un chariot de victuailles d’une taille comparable à l’Everest.   Le Sieur de Pickuptown ne souffrait pas qu’on le retarde; sa grosse paluche malhabile s’est donc abattue sur le criard pour me signifier mon manque de civilité. Je n’aurais rien aimé plus que d’aller le voir et lui demander s’il avait remarqué la petite famille, et si ça lui avait fait perdre quelque chose d’attendre une demi-seconde de plus que d’habitude.

Ulcérée, j’ai quand même fait un sourire suave à la maman. Elle me faisait penser à la mienne avec ses provisions et son p’tit loup qui la suivait, comme un petit poussin.  Reste qu’à l’intérieur, je me sentais encore enragée. Peut-être que cela peut sembler anodin, et que j’ai l’air de sur-réagir.   Je connais beaucoup de personnes qui sont promptes sur le klaxon, et qui ne se froissent pas outre mesure de se faire avertir de la sorte.  Cependant, ce n’est pas mon cas. Pas après avoir été témoin d’un cas probant de rage au volant la semaine précédente, et encore moins dans le stationnement de l’épicerie ou travaillait un jeune homme qui a perdu la vie à cause d’un jeune chauffard sur la route dans la nuit de jeudi.

Je vous relate rapidement les deux événements dont je viens de vous faire part, peut-être que ma réaction sera plus compréhensible ainsi.  Bien sûr, mes perceptions et mes valeurs ont pu teinter la lecture que j’en fais;  je peux me tromper, mais de toutes les façons, les situations que je vais vous exposer sont inacceptables.

La semaine dernière, une jeune fille a du faire une manœuvre dangereuse près de l’Église St-Charles-Borromée. De ce que j’ai compris de la situation, un piéton lui a coupé le chemin inopinément, et cela a fait en sorte qu’elle a accroché un peu le derrière de la voiture en face d’elle. Je n’ai pas observé de dommages visibles, mais j’étais loin. Par contre, j’ai bien vu l’espère d’imbécile violent qui est sorti en beau fusil de son auto en hurlant «TU SAIS-TU CONDUIRE TOÉ CRISSE! CÂLISSE DE FOLLE!» à la pauvre fille. Celle-ci balbutiait qu’elle ne l’avait pas fait exprès, et voulait lui expliquer ce qui venait de se produire, mais il ne lui laissait pas une chance. Elle avait beau hausser le ton, ça n’était que de pire en pire. Il tapait même sur le capot de sa voiture et se penchait de manière menaçante vers elle, comme une espèce de Hulk à un seul neurone. Un point pour la violence, un point pour la misogynie, un point pour l’agression, et un point pour l’image émétique des hommes et de la société en général que tu viens de produire, mon estie de vidange abjecte.   Penses-tu vraiment que c’est intelligent, ce que tu fais?   Ah non, c’est vrai, ce que tu fais c’est un gros show de domination. Tu es content de la voir se recroqueviller sur son siège. Ce que tu ne penses pas, c’est que ça pourrait être ta sœur, ta fille, ta tante. Ça pourrait aussi être un individu de sexe masculin mais je doute que tu l’aurais autant abîmé de bêtises, peut-être parce que tu aurais eu peur qu’il te sacre son poing dans le front, pauvre dégât à deux pattes.

Cette même semaine, deux jeunes hommes ont péri dans un accident de voiture sur l’autoroute Laurentienne, par la faute d’un chauffard qui circulait à grande vitesse et qui a heurté le rempart. Il a survécu, mais les deux autres victimes, non.  Pour l’instant, personne ne connaît les raisons qui l’ont poussé à agir de la sorte, mais son comportement a entraîné la mort de deux innocents, et il aurait pu y passer lui aussi. Je ne pense pas qu’il est fier de lui, mais il est quand même un pur idiot de première, doublé d’un irresponsable patenté, pour avoir posé de tels gestes. Bravo, connard.  Tu as ruiné la vie de trois familles, incluant la tienne, et tu devras composer le reste de tes jours avec le fait d’avoir causé la mort à deux reprises parce que tu as été trop cave pour te lever le pied de sur l’accélérateur.

Pour des raisons intimes et personnelles, plus que jamais je suis sensible à la sécurité routière, et même si ce texte a commencé de manière loufoque, la chute en demeure tragique.  C’est le même chemin qui se passe dans la tête de certains chauffards : sans vraiment réfléchir, et en pensant juste à leur petit nombril, ils prennent des décisions stupides au mieux, criminelles au pire.  Quand on les entend parler de cela, ils sont les premiers à avouer qu’ «ils ne pensaient pas que ce serait si grave», ou que «c’était pour s’amuser».  Ou encore, qu’ils étaient «correct pour prendre leur char».   Je n’y peux rien, quand je vois de telles horreurs se produire, la rage me submerge. J’en veux aux chauffards, aux agresseurs, et à l’obsession de la vitesse.  Alors, pour moi, un petit klaxon pour les mauvaises raisons, c’est juste un rappel que je ne suis JAMAIS en sécurité sur la route. Je suis toujours à risque de subir un événement malheureux ou fatal, en grande partie à cause de l’agressivité qui règne sur le bitume. Oui, je suis d’avance une conductrice nerveuse et insécure; cependant je ne trouve pas que cela enlève de la légitimité à ma façon de penser.

Bien sûr, la société a un rôle à jouer en termes de prévention et de réglementation. Par exemple, on pourrait mettre de l’avant une vignette pour nouveau conducteur comme en France,  assortie de l’obligation de rouler 20 kilomètres/heure sous la limite permise. On pourrait abaisser la limite acceptable du taux d’alcoolémie, bien que cette mesure soit très impopulaire. Personnellement, je suis pour : personne n’a BESOIN de boire de l’alcool. C’est un privilège, pas un droit.   Et si on se trouve brimé de ne pas pouvoir consommer de l’alcool, peut-être qu’on a des questions à se poser. Mais, au-delà de tout ça, des routes plus sécuritaires, ça commence au niveau individuel, à l’aide du gros bon sens.  C’est pour cela que je plaide aujourd’hui pour des comportements plus sécuritaires et détendus sur la route.

Avant de nous impatienter parce que quelqu’un roule au-dessous de la limite de vitesse, réfléchissons. Respirons par le nez au lieu de crier, klaxonner, dépasser par la droite, invectiver.

Ralentissons quand il pleut ou qu’il neige, ou dans le brouillard.

Abstenons-nous de consommer de l’alcool si nous devons conduire; non, même pas une bière. Aucune pinte ne goûte aussi bon que la vie, qu’un câlin de quelqu’un qu’on aime en rentrant le soir.  Ceux qui prennent d’autres intoxicants que l’alcool sont priés de s’abstenir également. Méfions-nous des médicaments qui peuvent troubler nos réflexes et notre jugement.

Arrêtons dans les haltes routières pour faire une sieste si nous sommes fatigués.

Cessons de vouloir toujours être un peu au-delà de la limite permise.

Entretenons bien nos voitures, ne soyons pas négligents.

Déneigeons nos toits pour éviter d’être des igloos roulants et de nuire à la visibilité des autres.

Tentons d’éviter les trous d’eau et d’arroser copieusement les piétons sur le trottoir.

Ne craignons pas de prendre le transport en commun, de co-voiturer, de prendre un taxi, de s’abstenir de sortir si les conditions routières l’imposent.

Éteignons nos maudits cellulaires, et foutons-les dans la boîte à gants lorsque nous sommes au volant.

Soyons zen au volant.  Ça sauverait bien des soucis, et des vies aussi.

 À la mémoire de Jean-Philippe Rochette et William Bureau

À la mémoire de Cédrick Saint-Pierre

Au nom de tous ceux qui ont perdu un être cher sur la route. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s